Imprimer cette pageEnvoyer à un ami Partager cette page Flux RSS

Centrale nucléaire du Bugey

Surveillance des eaux souterraines suite à un marquage par du tritium : point d'info au 10 février 2015 11/02/2015

En décembre dernier, une fuite sur une canalisation contenant de l'eau tritiée a entrainé un marquage des eaux souterraines s'écoulant en dessous des installations de la centrale nucléaire du Bugey. Cette fuite a fait l'objet d'une déclaration d'événement significatif environnement, le 8 janvier 2015, auprès de l'Autorité de sûreté nucléaire.

La fuite a été rapidement détectée et les équipes de la centrale ont procédé à la réparation de la canalisation, mettant fin à l'écoulement. Suite à cet événement, la centrale a mis en place une surveillance élargie des eaux souterraines dans la zone située autour de la canalisation.

Cette surveillance met en évidence une nouvelle zone de marquage à proximité des caniveaux dans le sens de l'écoulement des eaux souterraines vers le Rhône. Les mesures réalisées dans ces zones affichent des valeurs globalement décroissantes mais qui fluctuent en fonction du niveau d'eau du Rhône et du déplacement des eaux souterraines vers le fleuve (quelques dizaines à 1800 becquerels par litre).

Compte tenu de la lenteur de l'écoulement et donc de l'élimination de l'eau tritiée, cette surveillance renforcée restera en place pendant plusieurs mois.

Cet événement n'a pas d'impact significatif pour l'environnement, ni d'impact sanitaire sur les populations. Cette eau destinée à être rejetée dans le Rhône, ne fait l'objet d'aucun usage direct ni pour l'eau potable ni pour les besoins agricoles. Le tritium présente par ailleurs une très faible toxicité pour l'homme et l'environnement et les concentrations relevées sont largement inférieures aux normes de potabilité fixées par l'organisation mondiale de la santé de 10 000 becquerels par litre.

Déclaration d'un évènement significatif environnement 09/01/2015

Fin décembre 2014, de l'eau contenant du tritium s'est répandue dans un caniveau suite à une fuite sur une tuyauterie d'évacuation des effluents traités et destinés à être rejetés.
La tuyauterie a été isolée et l'Autorité de sûreté nucléaire a été immédiatement informée.
Les techniciens de la centrale ont rapidement procédé à la réparation de la tuyauterie.
En parallèle, une surveillance renforcée des piézomètres* à proximité immédiate du caniveau a permis aux techniciens de constater un marquage au tritium dans les eaux souterraines de la centrale, au niveau de l'un des puits de contrôle (700 Becquerels/litre). Cette eau ne fait l'objet d'aucun usage direct, ni pour l'eau potable, ni pour les besoins agricoles.
Les analyses des prélèvements d'eau réalisées sur les autres piézomètres n'ont pas montré la présence de tritium. Cet événement n'a pas d'impact significatif pour l'environnement, ni d'impact sanitaire sur les populations. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a fixé la norme de potabilité de l'eau à 10 000 Bq/l.
En raison d'une présence en tritium supérieure à 100 Bq/l, cet événement a été déclaré le 8 janvier à l'Autorité de sûreté nucléaire comme événement significatif pour l'environnement.

* Puits de contrôle permettant de faire des prélèvements dans la nappe phréatique.
Qu'est-ce que le tritium ?
Le tritium est un isotope radioactif de l'hydrogène. Il présente une très faible énergie et une très faible toxicité pour l'homme et l'environnement.
Le tritium est produit :
- soit naturellement par l'action des rayons cosmiques sur des composants de l'air comme l'azote ou l'oxygène,
- soit artificiellement comme, par exemple, dans le cadre du fonctionnement normal des centrales nucléaires (sa quantité est directement liée à la production d'énergie fournie par chaque réacteur).

L'unité de production n°3 de nouveau à disposition du réseau national d'électricité 06/01/2015

Mardi 6 janvier 2015, l'unité de production n°3 de la centrale du Bugey est de nouveau connectée au réseau national d'électricité.

L'unité de production n°3 s'était arrêtée automatiquement le 2 janvier dernier.
Les investigations menées par les équipes de la centrale ont permis d'identifier un dysfonctionnement au niveau d'un automatisme de régulation de l'alternateur.
Des cartes électroniques ont été remplacées et l'unité a pu être redémarrée en toute sûreté.

Les quatre unités de production de la centrale du Bugey sont donc désormais à disposition du réseau électrique national.

Arrêt automatique de l'unité de production N°3 02/01/2015

Le 2 janvier 2015 à 15h16, l'unité de production N°3 de la centrale de Bugey, s'est arrêtée automatiquement conformément aux dispositifs de sûreté et de protection du réacteur.

Les équipes de la centrale réalisent actuellement un diagnostic pour déterminer les circonstances de cet arrêt.

Cet évènement n'a aucun impact sur la sûreté des installations, ni sur l'environnement.

L'Autorité de sûreté nucléaire, les pouvoirs publics et la CLI ont immédiatement été informés.

Les autres unités de production du site sont, quant à elles, à disposition du réseau électrique national.

Redémarrage unité de production N°3 suite à arrêt fortuit 17/12/2014

L'unité de production n°3 est de nouveau connectée au réseau électrique.


Dans la nuit du 16 au 17 décembre, l’unité de production n°3 de la centrale de Bugey a été reconnectée, en toute sûreté, au réseau électrique national. Le réacteur s’était automatiquement arrêté lundi 15 décembre en fin d'après-midi,  suite au dysfonctionnement d'un câble de mesures situé dans les locaux électriques hors zone nucléaire.


Les autres unités de production de la centrale de Bugey, sont également en fonctionnement et à la disposition du réseau électrique national.


Qu'est-ce que l'échelle INES

Chaque centrale nucléaire déclare les évènements liés à son exploitation.
L'échelle INES *, adoptée depuis 1991, permet d'en évaluer l'importance.

* Cette échelle, établie par l'institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire met en place un langage commun pour évaluer la gravité d'un incident ou d'un accident survenu dans une centrale nucléraire; l'échelle se compose de 7 niveaux, le septième étant le plus grave.


Pour en savoir plus

Sur l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire

Rencontrez-nous

Soyez les bienvenus dans notre espace d'information et d'animation.

Contactez-nous

Centrale nucléaire du Bugey

BP 60120
01155 LAGNIEU Cedex
Tél. : 04 74 34 33 33

Toute l'actualité de la centrale 24h/24 :

Les centrales en direct

A voir également